Les rencontres photographiques du 10e

Le projet


L’espace d’exposition du Pont Saint-Ange – Dans le cadre du projet d’aménagement de la promenade urbaine Barbès Stalingrad, au-delà des travaux d’amélioration de la voirie, de l’éclairage et de la circulation des piétons, plusieurs nouveaux usages urbains ont été imaginés : testeurs de commerce d’économie sociale et solidaire à Stalingrad, projet agricole sur le pont enjambant les voies de la gare de l’est, espace vélo à la chapelle, comptoir du marché à Barbès, propositions artistiques dans le cadre du projet Embellir Paris…. Ainsi, sur le pont Saint-Ange où vous vous trouvez, qui enjambe les voies de la Gare du Nord et ouvre la vue au-delà de Paris, est installé un espace d’expositions constitué d’une cinquantaine de « cadres », au sein desquels sont programmés des projets de création contemporaine, notamment de photographie, ou des projets retraçant l’histoire, l’identité, la personnalité des quartiers traversés par la promenade : Barbès, la Goutte d’Or, la Chapelle, Stalingrad. Ces quartiers, reliés par le viaduc du métro, accueillent en effet depuis le 19ème siècle les populations du monde entier, leurs cultures, leurs espoirs, leur énergie. L’espace se déploie sur les grilles nord et sud, parce qu’il s’agit aussi d’inviter les Parisien.ne.s à « traverser ». En partenariat avec plusieurs festivals et institutions culturelles à proximité, les mairies du 10ème et du 18ème arrondissement, la direction des affaires culturelles et le comité d’histoire de la Ville de Paris, une dizaine de projets seront proposés pour les deux ans à venir.

La série - The pink India


Cette série a été réalisée lors d’un séjour de trois mois en Inde de Sonia Reveyaz. N’étant jamais allée en Asie, son regard était neuf et enthousiaste lui a permis de capturer les moindres particularités et aspérités de son quotidien indien. De retour en France, en triant ses images, elle est immédiatement surprise par l’omniprésence de la couleur rose. Elle décide alors d’organiser et de sélectionner ses photos au gré de cette couleur sous la forme d’un patchwork avec toujours le rose en filigrane. Cette approche lui permet de détourner l’imaginaire collectif, parfois stéréotypé, lié à l’Inde. Le rose apporte l’apaisement et une certaine harmonie dans une atmosphère souvent chahutée et nonchalante. Au long de son séjour, Sonia découvre ainsi qu’il peut y avoir un équilibre dans la foule, une symphonie dans l’agitation et que la couleur rose apporte de la poésie dans ce tumulte quotidien.






voir le site internet